quelques contes sufi SANS FRAME   http://pema.free.fr/suf01.php3

Quelques contes Soufis.






Quelques liens sur le "soufisme" :

Sur l'islam et le soufisme.

Un site avec beaucoup de citations de maitres soufis.

Des livres de maitres soufis.

lotus

L'idiot dans la grande ville.

Traduction par Jean Neaumet.

Il ya differentes sortes d'éveil, un seul est correct.  L'homme est endormi mais il doit s'éveiller (de son sommeil), il doit s'éveiller de la bonne facon.
Voici l'histoire d'un ignorant dont l'éveil n'a pas été juste.

L'idiot est arrivé un jour dans une grande ville, il a été deconcerté par la multitude qui emplissait les rues.
Craignant, s'il s'endormait, de ne plus pouvoir se retrouver au réveil au milieu d'une telle foule ( qui etait pour lui une peste ), il a attaché une gourde à sa cheville en signe d'identification.
Un mauvais plaisant qui avait compris le sens de son geste a attendu qu'il se fut endormi pour retirer la gourde et l'attacher  autour de sa propre jambe. il s'est couché à son tour pour dormir à meme le sol du caravanserail.
L'idiot s'est reveillé le premier, a vu la gourde, a pensé tout d'abord "cet homme ne peut etre que moi", puis s'est rué sur lui en criant  : si tu es moi, si tu es vraiment moi, alors qui suis-je ?

lotus

Une histoire de Mulla Nasrudin.

Ce conte a été traduits par Azo Charif, mais comme son français semble encore pire que le mien, je me suis permis de faire quelques corrections, sans, je l'espère, changer le sens.

Un jour Mulla a reçu des conseils de son père:
-"mon fils, tu devrais te lever de bonne heure tous les vendredi matin car c'est vraiment une chance d'en faire autant ".
Mulla lui a demandé :
-"donnes moi une preuve qu'il en est ainsi, père".
-''certainement" a répondu le vieux,  "le vendredi passé par exemple je suis sorti de bonne heure pour aller à la mosquée et en route je suis tombé sur un porte-monnaie contenant cinquante milles pieces d'argent".
 Mulla a alors demandé:
-''mais qui t'a dit que le porte-monnaie n'était pas là deja la veille et qu'il  aurait été perdu le jeudi soir".
son père a repondu:
-''je suis passé au meme endroit  à minuit après la cinquième prière et il n y était pas,  il a donc été perdu le matin meme".
 Mulla a fini par conclure:
- "eh bien mon père c'était  sans doute une grande chance pour toi mais ce n'en était pas une pour celui qui a perdu le porte-monnaie ce matin-là alors ce n'est pas une chance pour tout le monde de sortir de bonne heure le vendredi matin, n'est-ce pas ?"

--
Note de Azo Charif : cette histoire est extraite d"une interview d"un maitre soufi  par le magazine americain 'Psychology today' elle a été republiée par la suite dans le livre  "the psychology of consciousness " . elle venait en réponse à une question  concernant le soufisme et les religions.