Dorjé Shugden et la NKT SANS FRAME   http://pema.free.fr/nkt01.php3
Autres textes sur la Nouvelle Tradition Kadampa

Dorjé Shugden et la "New Kadampa Tradition"

Gélong T. Shenphen
Gélong T. Shenphen est un moine de l'école Gelug.pa. Il enseigne depuis plus de dix ans ans en orient et en occident et dirige le  centre  Zung.Jug.Ling Center de Paros en Grèce affilié à la FPMT( Fondation pour la préservation de la tradition mahayana ).

lotus

  Il y a quelques années, Sa Sainteté le Dalaï-Lama a demandé à tous les Bouddhistes tibétains de stopper une pratique. Cette pratique était/est une vénération à une déité qui se nomme "Dorje Shugden". Il s'agit selon Sa Sainteté d'une déité "mondaine", donc n'ayant pas atteint l'éveil.

  Dorje Shugden fut un pratiquant bien connu il y a environs 300 ans, qui, à sa mort, a promis de revenir sous la forme d'un protecteur du Dharma; mais pas de n'importe quel Dharma, celui pratiqué dans certaines écoles seulement (Gelug.pa et Shakya.pa je crois), avec une aversion bien clairement énoncée contre les Nyingma.pa. Pour pouvoir bénéficier de son aide, les pratiquants doivent effectuer chaque jour certaines prières et rituel d'offrande.
  Notons que dés le début, Dorje Shugden était contre le gouvernement tibétain (impliqué dans sa mort d'ailleurs).
  Pendant donc près de trois siècles, de nombreux grands Maîtres ont prié ce protecteur 'mondain'. Mais il y a quelques temps,  Sa Sainteté a clairement affirmé que ce protecteur était dangereux pour l'unité du bouddhisme tibétain,  souhaitait sa propre mort, et a demandé l'arrêt immédiat de toute pratique. Seulement voilà, si la grande majorité a répondu à l'appel du Dalaï-Lama, certains ont protesté, ont crié à "l'abus d'autorité spirituelle", et on maintenu leur pratique. Il semble qu'il y ait plusieurs raisons: certains ne veulent pas se passer de l'aide de ce protecteur (aide matérielle), d'autres ont fait la promesse à leur Maître de perpétuer cette pratique (et le guide étant mort depuis, ils pensent que cela serait rompre un engagement), etc...
  Cette affaire a fait beaucoup de bruit, il y a eu des "coups fourrés" lamentables pour des soi-disant pratiquants bouddhistes, et il y a eu une scission entre les "pro-Shugden" (guidés notamment par Geshe K. Gyatso) et les "anti-Shugden" guidés par le gouvernement tibétain.
  Sa Sainteté a été claire: quand on prend refuge en le Bouddha, on ne peut pas s'en remettre à une déité mondaine. A plusieurs reprises, en début d'enseignements publics, Sa Sainteté a demandé aux pratiquants de Shugden de quitter la salle!

  Voilà. C'est très bref, parce que c'est une histoire compliquée, mais cela vous donne une idée.
  Mais, de mon point de vue, il serait ridicule de s'impliquer dans ce problème d'une manière ou d'une autre. On a le choix de ne pas pratiquer ce protecteur, mais je crois qu'il faut se garder de développer une quelconque "agressivité" ou ressentiment contre les gens qui continuent de le faire.  Et je ne cache pas qu'un de mes enseignants, avec lequel je conserve de très bonnes relations, maintient cette pratique de Shugden (pour une raison d'engagement); ce Lama ne m'a jamais poussé à m'engager dans la pratique, et à vrai dire, nous n'en parlons jamais. C'est son choix, et le mien; et nous le respectons mutuellement.
  A savoir que le bouddhisme enseigné par ces Geshes et autres enseignants (appartenant à NKT ou pas) est le même, et leurs ouvrages ne sont pas moins bons. Les ouvrages de Geshe K. Gyatso sont en général très bien détaillés. Il faut donc séparer les deux aspects de ce problème.

  Beaucoup de compassion est au contraire nécessaire à l'encontre de ceux qui font des manifestations *contre* Sa Sainteté le Dalaï-Lama, contre un Bouddha, seul objet ultime de refuge, avec le Dharma.
 



Autres textes sur la Nouvelle Tradition Kadampa